top of page

Chronique du livre "Le Consentement" de Vanessa Springora

Dernière mise à jour : 1 déc. 2022


Qui ne dit mot consent ? Je m’interdisais depuis longtemps, depuis plus de deux ans, de lire ce livre. Probablement étais-je trop dans le jugement… Je ne comprenais pas comment on pouvait autant attendre pour parler. Pourquoi les langues ne se délient-elles pas en effet ? Celle de la victime, certes, mais aussi celles de tout l’entourage ?

Une littérature permissive ?


Qui n’a pas entendu parler de «l’Affaire» Gabriel Matzneff ? On se souvient évidemment de sa littérature avec son ouvrage Les Moins de seize ans dans lequel il met en avant son «goût» pour les enfants. On se souvient aussi de son passage dans l’émission Bouillon de culture animée par Bernard Pivot en 1990 et notamment du ton badin avec lequel l’écrivain avait été interrogé sur son attirance sexuelle plus que déviante.

Laxisme ? Tolérance ? Ou dégueulasserie ? Appelons un chat, un chat !

Cette semaine, j’ai lu le livre de Vanessa Springora. Cette semaine fut douloureuse. J’ai été submergée par plusieurs états : empathie, colère, incompréhension, tristesse, dégoût, accablement. Comment peut-on vivre cela, comment peut-on fermer les yeux devant une «relation» de ce genre entre un adulte, même célèbre et une enfant de 13 ans… Inévitablement cela met mal à l’aise et donne la nausée rien qu’à la simple évocation du rôle de la «mère» de V.

Non !


Puis, en ce matin de fin novembre, où l’hiver se fait de plus en plus menaçant, mes yeux se sont arrêtés sur ces mots : «De très longues années ont passé avant que je me décide à écrire ce texte, plus encore à accepter de le voir publier (…) Il y avait d’abord la peur des conséquences (…) Il fallait aussi surmonter la crainte du petit milieu qui protège peut-être encore G.» et «… écrire, c’était redevenir le sujet de ma propre histoire. Une histoire qui m’avait été confisquée depuis trop longtemps.» puis enfin tout s’est éclairé à la lecture de «… il est extrêmement difficile de se défaire d’une telle emprise… Toute l’ambiguïté de se sentir complice de cet amour qu’on a forcément ressenti…» Alors, ce matin, plus que brumeux pourtant, je comprends Vanessa Springora. J’irais même jusqu’à dire que je me sens proche d’elle et de ses ressentis.


Je ne peux que vous inviter à lire ce livre pour comprendre et surtout pour mettre un terme à ce type d’agissements car OUI, la sexualité d’un adulte avec une personne n’ayant pas atteint la majorité sexuelle est un acte répréhensible, puni par la loi !

Vous pouvez par ailleurs, admirer, en ce moment et jusqu’au 30 novembre 2022, au Théâtre de la Ville à Paris, la formidable interprétation de Ludivine Sagnier, qui s’approprie, seule sur scène, les mots et les maux de V., sur une adaptation de

Sébastien Davis !


MAJ : deux nouvelles dates sont confirmées pour la pièce "Le Consentement" en début d'année prochaine, toujours au Théâtre de la Ville : 28 février et 1er mars 2023.



Le Consentement de Vanessa Springora

Éditeur : Grasset

Publié le 2 janvier 2020

216 pages


Sophie Chavignon



21 vues0 commentaire
bottom of page