Citizen Jane - Documentaire réalisé par Florence Platarets

Mis à jour : janv. 19


Nous connaissons Jane Fonda au travers de ses multiples visages et carrières : mannequin dans sa jeunesse, puis actrice et citoyenne engagée, elle est la digne héritière d'une dynastie de cinéma. Fille d'Henry Fonda, elle grandit dans l'ombre de son père à la carrière cinématographique monumentale, mais aura tôt fait de s'en défaire si elle veut suivre son propre itinéraire.


Elevée par une mère dépressive et dénuée d'affect, et par un père réprobateur et exigeant, c'est d'abord sur les planches que Miss Jane Fonda trouve son salut. Lorsqu'elle croise la route du fondateur de la méthode d'acting Actor's Studio, Lee Strasberg ne tarit pas d'éloges sur la puissance de cette créature. Car l'actrice est d'une beauté folle ! Mais la figure aux contours sensuels dans laquelle veut l'assigner Hollywood va rapidement l'ennuyer. Pour autant elle ne cassera pas son image sexy si facilement : devant les caméras elle révélera qu'en tant que pur produit marketing de l'industrie du divertissement elle aura porté durant une décennie des cils et des seins factices.


Exit les paillettes, c'est en France, où l'actrice réside avec son compagnon et père de sa fille Roger Vadim que naît sa conscience politique. Elle participe à Mai 1968 aux côtés de ses amis engagés Simone Signoret et Yves Montand, tandis qu'aux Etats-Unis la médiatisation grandissante de la guerre du Vietnam et la dénonciation du massacre de My Lay la persuadent de rentrer au pays.

Alors que l'Amérique précipite dans le chaos, Jane Fonda, bouleversée et secouée par cette boucherie qu'est la guerre du Vietnam, se métamorphose littéralement et révolutionne l'engagement anti-guerre. Elle dénonce les violences de l'armée américaine, l'inhumanité de l'homme, ainsi que le système capitaliste dominant. Elle tente d'empêcher l'enrôlement des soldats, mobilise des acteurs et musiciens activistes (dont Donald Sutherland) pour créer le show sarcastique Fuck The Army en 1971 qui se produira près des bases militaires américaines. Activiste de terrain, elle part seule au Vietnam l'année suivante pour constater de ses propres yeux la réalité du massacre. Jane Fonda dérange l'administration Nixon, engage un procès pour harcèlement contre le président américain et le FBI qui l'accusent d'antipatriotisme et de propagande (une affaire qu'elle vaincra).


A la fin des années 70, c'est un nouveau raz-de-marée qui déferle en Amérique et dans les foyers du monde entier : Jane Fonda se lance dans l'aérobic. Les séances filmées et enregistrées sur VHS feront ses choux gras et les gains rapportés (17 millions de dollars tout de même) permettront de financer la campagne de son mari Tom Hayden, sénateur démocrate.


La réalisatrice et documentariste Florence Platarets dresse le portrait exaltant d'une activiste indignée, qui n'a jamais reculé devant rien, doublé d'une actrice longiligne dont la beauté et le regard bleu perçant restera à jamais dans les mémoires des cinéphiles.

It's a wonder, wonder woman...


Sabrina Piazzi

Posts récents

Voir tout