top of page

Dabadie ou Les choses de nos vies à l'Atelier : hommage musical !

Dernière mise à jour : 17 déc. 2022


En ce beau mais froid dimanche de décembre, je me dirige vers un de mes théâtres parisiens préférés, le théâtre de l'Atelier dans le 18ème arrondissement afin d'assister à un spectacle musical rendant hommage à Jean-Loup Dabadie, décédé il y a deux ans.

Je gagne ma place à l'orchestre, échange quelques mots avec l'ouvreuse et constate que la salle est loin d'être pleine… Intérieurement, je me désole.

Puis, une fois débarrassé de mon manteau, ma doublure en duvet et de mon écharpe, je m’apprête à m'installer dans mon fauteuil lorsque je remarque, assise juste derrière moi, Sylvie Vartan, qui me demande si je vais bien ! Nous échangeons des amabilités et sans rien laisser paraître, je m'installe.


Je ferai le lien plus tard avec Jean-Loup Dabadie, qui avait écrit quelques chansons pour elle ! Le spectacle peut commencer !


Crédit photo : Pascal Gély

Rappelons que Jean-Loup Dabadie était auteur, scénariste, parolier, dialoguiste, metteur en scène… Un homme aux multiples talents, qui maniait les mots habilement et qui a su ingénieusement le montrer à travers des chansons et des scénarios de films cultes.


Le rideau se lève et on est immédiatement emmené à suivre les aventures d'un homme incarné par Emmanuel Noblet, également metteur en scène du spectacle, avec comme fil conducteur la chanson de Serge Reggiani "Le Temps qui reste". Une comédienne ornée d'un magnifique chapeau chante divinement bien la chanson de Michel Polnareff "Lettre à France"... Déjà, je suis conquis !


Un décor simple pour mettre en évidence les mots du grand dialoguiste : un écran de cinéma mobile, deux synthés et deux guitares ; les quatre comédiens-chanteurs nous entraînent alors dans un voyage à travers la longue vie cinématographique et musicale de Jean-Loup Dabadie.


Crédit photo : Pascal Gély

Les comédiens rejouent avec justesse et tendresse certaines scènes des films scénarisés par Dabadie, comme les célèbres "César et Rosalie" et "Les Choses de la vie" de Claude Sautet ou encore "Nous irons tous au paradis" d'Yves Robert.


Nous voyageons dans son univers cinématographique et dans ses chansons restées dans la mémoire collective et dans le cœur de beaucoup d'entre nous : "Femmes... je vous aime" et "Partir" de Julien Clerc.


L'enchaînement des différents tableaux est subtilement construit, de magnifiques jeux d'ombre et de lumière au moyen de l'écran de cinéma, sont joliment amenés.


Nous passons un très agréable moment de poésie, de nostalgie et d’élégance qui correspond bien à la personnalité de Jean-Loup Dabadie.


Les quatre comédiens-chanteurs évoluent tout au long du spectacle en se répondant ou en chantant en chœur autour de ce grand écran. Les chanteuses Maissiat et Clarika, qui a eu l'idée du spectacle, aux timbres de voix complémentaires, apportent une véritable harmonie. Quant à Emmanuel Noblet, il trimballe une certaine mélancolie qui le rend nonchalant et qui rappelle certains personnages masculins de films dont Dabadie a signé le scénario. Ces quatre artistes, citons aussi Mathieu Geghre au piano, aux claviers et aux arrangements, nous proposent un charmant et doux hommage musical à l'auteur disparu.


"Je l'aime tant le temps qui reste...", paroles de la chanson de Serge Reggiani.


Crédit photo : Pascal Gély

Cet hommage plaira, bien entendu, aux amoureux des films de Claude Sautet ou d’Yves Robert, aux amoureux du cinéma, ainsi qu’aux amateurs des chansons écrites par la plume délicate et distinguée de Jean-Loup Dabadie.


Un spectacle léger à découvrir jusqu'au 31 décembre au Théâtre de l'Atelier, sur la charmante place Charles Dullin à Montmartre, dans le 18ème arrondissent de Paris !


On ne pouvait pas trouver meilleur lieu pour célébrer l'amour et le romantisme, des thèmes chers à l'auteur disparu.

Cédric Cilia



18 vues0 commentaire
bottom of page