Mickaël Delis nous touche avec son "Premier sexe"


Mickaël Délis, seul en scène, interroge avec douceur, lucidité, rires et émotions la


masculinité aujourd'hui. Pour cela, il remonte le fil de ses souvenirs d'enfance.

Le comédien incarne à merveille plusieurs personnages : sa mère, son psy, son oncle... A


travers eux, on suit le cheminement d'un petit garçon aux traits fins, que l’on confond


souvent avec une fille, vivant avec sa mère après le divorce de ses parents. Une mère qui


se trouve être sans filtre, qui lui conte avec transparence les jours heureux avec son père


ainsi que ses blessures, sa dépression et lui répétant sans cesse que "tous les hommes


sont des salauds !". Pas évident de se construire, de s'accepter et de s'aimer en tant que


membre de cette catégorie de "salauds" !

Mickaël Délis questionne son corps, son genre, son expérience. Il n'omet rien : sa


complicité, adolescent, avec les filles, son incompréhension et son sentiment de non-


appartenance à ce monde où l'hyper masculinité règne, sa première passion avec un


garçon, l'acceptation de soi et de son homosexualité.


Il se met entièrement à nu, sans masques, avec humour et toujours avec une grande


sincérité et beaucoup d’émotions.



Photo : Marie Charbonnier

La grande force de ce spectacle est la vérité qui se dégage du jeu de Mickaël Délis. Le


comédien se livre sur son expérience dans ce corps d'homme et pose la question utile


de ce que peut signifier aujourd'hui la virilité.


Mickaël Délis parle beaucoup de la différence, de ne pas correspondre «à priori» aux


standards de la masculinité établis dans notre société.


Toutefois, cela est totalement universel et à divers degrés, tout homme peut s'y


reconnaître.

Alors que nous vivons une époque où le féminisme fait rage, il est judicieux de


s'interroger sur ce que c'est d'être un homme aujourd'hui dans notre société patriarcale.


Avec son "Premier Sexe" (titre inspiré du livre de Simone de Beauvoir, "Le Deuxième


Sexe"), Mickaël Délis souligne, avec raison, la difficulté de se reconnaître parfois dans les


codes masculins, alors que certains de nos congénères le rejettent pour ce qu'il est ou


pour ce qu'il n'est pas, soit un homme "viril" comme eux, comme on doit l’être dans notre


société.



Photo : Marie Charbonnier

Au travers de sa sensibilité, de sa liberté, de sa générosité et de son talent, Mickaël Délis


crée avec "Le Premier Sexe ou la grosse arnaque de la virilité", un spectacle drôle et


émouvant, vrai et sincère, écrit avec finesse et faisant la part belle aux jeux de mots.

Cela fait du bien d'évoquer la difficulté d'être un homme encore aujourd'hui où bien des


codes sociétaux régissent et définissent de manière carrée la masculinité.

Mickaël Délis invite le public à changer ses perceptions et à le rendre plus tolérant et


bienveillant envers toutes les formes de masculinité existantes.

Le spectacle est à découvrir jusqu'au 18 juin les mardis, jeudis et samedis à 19h au


Théâtre de la Reine Blanche, 2 bis passage Ruelle, 75018 Paris.


www.reineblanche.com


Cédric Cilia




"Le Premier Sexe ou la grosse arnaque de la virilité"


Texte et jeu : Mickaël Délis


Mise en scène : Mickaël Délis et Vladimir Perrin


Collaboration artistique : Elisa Erka, Clément le Disquay, Élise Roth et David Délis


Collaboration à l'écriture : Chloé Larouchi


Création lumière : Jago Axworthy

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout