Rosa Bonheur ou une destinée hors du commun


1822-2022 : bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur. Dans ce cadre-là, partons à la découverte de Rosa Bonheur, un personnage complexe et mystérieux qui fascine grâce à son indépendance de caractère et à sa célébrité. Peintre animalière capable de mener une vie à contre-courant de bien des conventions, sans jamais faire de scandale, elle ouvre la voie à l’émancipation des femmes.



«Le génie n’a pas de sexe»


Cette phrase est de l’impératrice Eugénie ! Tout simplement venue la décorer au château de By en 1864 pour son œuvre picturale des plus prolifiques : plus de 4.000 tableaux. Mais la rebelle Rosa est bien plus qu’une peintre. Tour à tour caricaturiste, templière, elle réalise aussi des bandes dessinées, adore les calembours, se bat à l’épée… Mille et une facettes que l’atelier du château vous partage.




Le culte de la nature


Elle peignait, dessinait «comme un homme», disait-on d’elle à l’époque. Pourquoi une femme, traditionnelle, digne de ce nom, peignait au xixe siècle de petits tableaux, sans prétention. Un exemple ? Son minuscule tableau où deux petits lapins mangent une carotte. Que nenni ! Rosa c’est Le Marché aux chevaux, une fresque gigantesque, La Foulaison, Cerfs traversant un espace découvert, son Berger des Pyrénées, sans oublier bien sûr ses lions et notamment sa lionne Fathma qui vivait à ses côtés.


Rosa a toujours beaucoup travaillé, en passant par des étapes préparatoires titanesques : dessins, esquisses…


«La ténacité dans le travail, la volonté constante de faire mieux, la recherche de ce qui est simple, voilà mon but. Aujourd’hui, encore, où je suis vieille, mon seul bonheur est d’étudier, d’étudier encore, d’étudier toujours…» - Rosa Bonheur




Une histoire de femmes


Rosa voue une admiration sans bornes à sa mère, Sophie, décédée à ses onze ans et qui était une joueuse de piano hors-pair. Toute jeune, elle se lie d’amitié pour la jeune Nathalie Micas qui vivra avec elle jusqu’à sa mort. Et c’est alors qu’Anna Klumpke emménage au château de By pour aider Rosa dans des exercices de traduction avant de devenir sa muse. Depuis 2017, le château de By appartient à Katherine Brault et ses filles. Encore des femmes !


Le lieu est magique. Une petite route, aux couleurs divines et automnales, vous emmène dans ce lieu idyllique. Calme, paix, sérénité… tout est beau. L’atelier est là devant vous, encore habillé des effets personnels de Rosa que l’on s’attend à voir entrer à chaque instant. Et partout des animaux, peints, dessinés, sculptés, empaillés ! Les jeunes guides du musée, toutes des femmes, connaissent Rosa sur le bout des doigts et semblent vous parler de quelqu’un de la famille.


A la fin de la visite, un salon de thé vous invite à un brunch ou goûter selon l’heure. Délicieux ! Prolongez cet ensorcelant moment en lisant la biographie d’Anna Klumpke (infos pratiques) ou bien rendez-vous au musée d’Orsay où jusqu’au 15 janvier 2023 sont célébrés le travail et la vie de cette artiste à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. Une bien belle reconnaissance pour une artiste et femme majeure !

Article et photos : Sophie Chavignon



Informations pratiques


1. Château de Rosa Bonheur, 12 rue Rosa-Bonheur, 77810 By-Thomery. Musée et salon de thé ouverts toute l’année de 10 h à 18 h 30 du mercredi au dimanche (fermé le 24, 25 décembre et 1er janvier). Réservations obligatoires.


2. Rosa Bonheur – Sa vie, son œuvre, poche, Anna Klumpke aux éditions de l’atelier Rosa Bonheur, 342 pages, octobre 2022, 18 €.


3. Rosa Bonheur – Sa vie, son œuvre, relié, Anna Klumpke, Les essentiels de l’atelier Rosa Bonheur, 446 pages, décembre 2020, 50 €.

























23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout